Vannes. Toute une histoire sur la statue équestre du connétable de Richemont

ActualitésLocal

La statue équestre du connétable de Richemont, inaugurée le 22 octobre 1905, domine la place de l’Hôtel de ville de Vannes a toute une histoire.

 

En 1894, le sculpteur Arthur-Jacques Leduc présente au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts le modèle en plâtre d’une statue équestre du connétable de Richemont et propose d’offrir sa statue aux villes qui accepteraient de l’ériger sur une place publique. La société littéraire la Pomme souhaite commander la statue pour la ville de Rennes et obtient le soutien du ministre des Beaux-Arts. Mais la ville qui ne peut s’acquitter du paiement de la fonte, renonce à donner suite au projet.

En 1897, la ville de Vannes s’intéresse au modèle du sculpteur. Deux projets successifs de monument au connétable Richemont avaient échoué à Vannes en 1861 et en 1878.

En 1901, l’Association bretonne, d’abord sous la présidence d’Audren de Kerdrel puis sous celle du comte de Lanjuinais, se charge de former un comité et d’ouvrir une souscription.

En 1903, en juillet, les fonds recueillis s’élèvent à 3 500 F. auxquels s’ajoutent 600 F. du conseil général du Morbihan. Le 27 novembre, le conseil municipal accepte l’offre du sculpteur et souhaite ériger la statue sur la place de l’Hôtel-de-ville. Un marché est conclu avec le fondeur pour la somme de 11 000 F. En décembre, l’administration des Beaux-Arts délivre l’autorisation officielle d’ériger le monument malgré une municipalité résolument hostile au gouvernement républicain.

En 1905 : inauguration de la statue, le 22 octobre, en présence de l’évêque d’Orléans, des membres de l’Association bretonne, de Théodore Botrel, mais sans le préfet ni le représentant des Beaux-Arts, à qui le gouvernement avait interdit de comparaître.

En 1941, la menace d’enlèvement et de fonte de la statue soulève de vives protestations du conseil municipal. En 1942 : en mars, l’amiral Darlan décide de maintenir la statue.

Actualités

Sortir

Menu