Obligation vaccinale, pass sanitaire… Ce que va annoncer Macron

ActualitésFrance

Parmi les sujets évoqués ce lundi par le président de la République figureront la vaccination des soignants et l’extension du pass sanitaire.

Un projet de loi visant à rendre obligatoire la vaccination des soignants sera présenté en conseil des ministres lundi 19 juillet. Il sera ensuite examiné par le Parlement, selon plusieurs sources parlementaires. « Le principe, c’est que ça aille le plus vite possible », a souligné une source alors que l’allocution d’Emmanuel Macron aura lieu à 20 heures ce lundi. Lors de cette 8e allocution télévisée depuis le début de la crise, le président va de nouveau fortement insister sur le rôle incontournable de la vaccination pour éviter une quatrième vague du virus liée au variant Delta, très contagieux. Et notamment celle des soignants. Cette obligation, qui fait débat depuis des semaines, pourrait être élargie à d’autres professionnels au contact avec des personnes fragiles.

Par ailleurs, le pass sanitaire devrait prochainement être étendu à des établissements recevant du public, notamment certains lieux culturels, parmi lesquels les théâtres et cinémas, selon plusieurs sources gouvernementales. Le président de la République devrait aussi l’annoncer au cours de son allocution. Ce pass sanitaire est déjà en vigueur dans les lieux accueillant plus de 1 000 personnes, autrement dit notamment les stades, et les discothèques recevant plus de 50 personnes. Les restaurants et les bars pourraient être concernés aussi.

Ces mesures, actées au cours d’un conseil de défense Covid qui s’est tenu dans la matinée, visent à mettre la pression sur les personnes qui ne se sont pas encore fait vacciner. Emmanuel Macron pourrait annoncer d’autres mesures pour contrôler les voyages avec les pays où la situation se détériore, comme l’Espagne ou le Portugal. Le conseil sanitaire suggère également des « restrictions » dans les territoires les plus touchés, « y compris en juillet et en août et dans des zones de vacances », et évoque la possibilité d’un pass vaccinal. En attendant, la préfecture de police de Paris a annoncé que le pass sanitaire et le port du masque seraient indispensables pour assister au défilé militaire du 14 Juillet mercredi sur les Champs-Élysées.

212 000 nouveaux rendez-vous pour une première dose

Le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux, a plaidé lundi en faveur d’une vaccination obligatoire pour les professionnels « en contact avec des publics fragiles, pas uniquement les soignants », comme c’est déjà le cas au Royaume-Uni, en Russie ou aux États-Unis.

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a, lui, redit sur RTL son opposition à la vaccination obligatoire pour les soignants, qui va les « culpabiliser ». À l’inverse, Michel Barnier, potentiel candidat (LR) à la présidentielle, et François Bayrou, chef du MoDem, suggèrent de l’imposer à « tout le monde ». Mais, pour l’épidémiologiste Dominique Costagliola, « ça ne sera pas une réponse miracle ». « Il faut potentiellement revenir sur certaines mesures abandonnées le 30 juin (et décider du) retour des jauges dans les salles à l’intérieur ». Les appels ont eu un écho puisque Doctolib a annoncé lundi que 212 000 personnes avaient pris rendez-vous pour une première injection ce week-end, « un record depuis un mois » et « jusqu’à 40 % de plus que les week-ends précédents ».

4 256 nouveaux cas enregistrés dimanche

L’allocution télévisée d’Emmanuel Macron intervient deux mois et demi après son annonce du calendrier de déconfinement. Si la pression hospitalière baisse encore avec 7 137 patients Covid hospitalisés lundi, contre 7 183 la veille, la tendance était à la hausse des contaminations ces derniers jours, avec 4 256 nouveaux cas enregistrés dimanche, contre 2 549 il y a une semaine. Elles pourraient monter « au-dessus de 20 000 début août si nous n’agissons pas », a mis en garde dimanche le ministre de la Santé, Olivier Véran. Dans la station balnéaire de Lacanau (Gironde), un hôtel de plus de 50 chambres a été contraint de fermer « faute de personnel suffisant » après la détection de 3 cas positifs et 22 cas contacts parmi son personnel, a indiqué l’ARS Nouvelle-Aquitaine.

Emmanuel Macron, qui a reçu lundi les acteurs de la filière automobile, compte aussi insister sur la reprise économique et le plan de relance de 100 milliards d’euros, dont le déploiement doit « s’accélérer », selon le Premier ministre Jean Castex. « De fait, le variant Delta change beaucoup la donne et vient percuter l’agenda social, quelles qu’aient pu être les velléités réformatrices du président », selon un ministre. Emmanuel Macron pourrait en outre annoncer des mesures en soutien aux jeunes, très affectés par la crise, avec le possible élargissement de la garantie jeunes.

Actualités

Sortir

Menu