Covid-19 : les espaces de loisirs indoor en grande difficulté veulent se faire entendre

ActualitésFrance

Le SPACE, une association professionnelle qui représente les 2.000 espaces de loisirs Indoor en France, réclame une aide spécifique de 17.000 euros par mois et par entreprise pour faire face à une baisse moyenne de 80% du chiffre d’affaires et accompagner ces établissement à la reprise en 2021. Ils sont aussi les grands oubliés de cette crise sanitaire.

UNE AIDE DE 140 MILLIONS D’EUROS DEMANDÉE

En moyenne, les 2 000 entreprises du secteur du loisirs Indoor ont des charges fixes de 17 000€ par mois, soit 7 000€ de plus que ce que le fonds de solidarité propose aujourd’hui.

Leur secteur est durement touché par les restrictions actuelles. Laser game, bowling, parcs d’attractions ou encore salle d’escalade. Les espaces de loisirs indoor lancent un cri d’alerte et demandent un soutien de l’État. Tous connaissent leur lot de difficultés financières en raison de la crise sanitaire. Malgré le premier déconfinement, le public n’était pas au rendez-vous cet été (basse saison pour eux) après le coup d’arrêt brutal de mars.

Malheureusement pour ce secteur, les établissements savent déjà que le premier trimestre 2021 ne commencera jamais pour eux. Ils perdront ainsi tous les bénéfices de leur haute saison que constitue l’hiver. Il
faudra alors attendre les vacances de la Toussaint 2021, qui représente le début de leur nouvelle saison haute pour qu’ils puissent se remettre sur pied.
Ils demandent ainsi d’abonder le fonds de solidarité de 7 000€ par mois pour les 2 000 entreprises de ce secteur, et ce pendant 10 mois, afin de pouvoir les soutenir jusqu’à ce qu’elles puissent à nouveau retrouver un niveau d’activités certain, ce qui représente 140 millions d’euros.

Certains de ces espaces de loisirs en France sont “menacés de mort” en étant à bout de souffle après avoir cumulé des prêts bancaires lors de cette crise et qu’ils ne pourront peut-être jamais rembourser. Ils n’ont aucune visibilité d’une ouverture à l’avenir alors que les parcs tels que Disneyland, Puy du Fou, Astérix… les grands Parcs d’attraction extérieurs sont toujours spécifiquement écoutés. Ce sont 12.000 emplois direct qui sont menacés dans ce secteur professionnel.

“ Nous nous mobilisons depuis des mois. De nombreux parlementaires nous soutiennent, mais le gouvernement ne les entend pas. De mars à septembre, les entreprises ont perdu en moyenne 180.000 euros de chiffre d’affaires pour un résultat brut d’exploitation moyen négatif de 80 000 euros,
aides gouvernementales comprises. Les Prêts Garantis par l’État, qu’il faudra rembourser, sont largement consommés et l’endettement des chefs d’entreprises, dont les activités sont à l’arrêt, ne va que s’aggraver dans les mois à venir” prévient Evelyne VILLAME, présidente du SPACE avant de
préciser “ une dizaine d’établissements ont déjà déposés le bilan.”

PÉTITION EN LIGNE

L’association SPACE a décidé de lancer une pétition pour se faire entendre et pour que le public puisse retrouver un jour le commerce de proximité consacré aux loisirs en famille ou entre amis.

Signez la Pétition

Actualités

Sortir

Menu